MyLocal Project c’est :

  • Une association de solidarité à but non lucratif, libre de toute attache religieuse ou politique ;
  • Un réseau de donateurs, de mécènes et de porteurs de projets qui place les compétences locales au cœur du développement ;
  • Une plus grande implication des donateurs et des mécènes dans les projets qu’ils soutiennent ;
  • Une démarche de financement participatif rendue possible grâce aux moyens de communication moderne.

uu

Notre différence

Nous misons sur le local !

Les pays occidentaux perdent le monopole de l’aide au développement et les pays dits du Sud disposent désormais de compétences pour initier des réponses adaptées. Le soutien de la société civile est la clé d’un développement harmonieux. Imprégnés des réalités socio-économiques de leurs terrains d’action, les acteurs locaux sont en capacité de mener des projets de manière efficace.
Ces porteurs de projets locaux développent leurs initiatives en consultant les populations visées afin de répondre correctement à leurs besoins. Cette démarche collaborative mène à des actions concrètes qui impliquent les communautés en tenant compte des contraintes culturelles et matérielles. Pour MyLocal Project, le soutien et le renforcement de la société civile sont les clés d’une aide au développement durable, car ces initiatives s’intègrent parfaitement dans le mode de fonctionnement des bénéficiaires, leur laissant ainsi de plus grandes chances de s’approprier les projets.
MyLocal Project soutient des petits projets dont les objectifs et les moyens mis en œuvre sont réalistes et adaptés aux ressources locales. Les projets à petite échelle sont souvent ceux qui répondent le mieux aux besoins locaux car ils visent l’efficacité et le concret. Même si leurs actions peuvent parfois sembler modestes, leurs impacts dépassent le cadre des populations cibles pour s’étendre à la communauté entière, ainsi qu’aux salariés des porteurs de projets, souvent eux-mêmes dans des situations de précarité.

Pour une nouvelle forme de solidarité

Les nouvelles technologies permettent désormais une proximité qui doit être prise en compte dans les projets de développement. Le donateur est aujourd’hui en droit de connaître la destination exacte des fonds qu’il verse et les bénéficiaires doivent pouvoir identifier l’origine précise de l’aide qu’ils perçoivent.

Chez MyLocal Project, nous favorisons la proximité entre les donateurs et les bénéficiaires des projets soutenus. Nous vous tenons régulièrement informés de l’avancée des projets que vous soutenez et nous sommes là pour répondre à toutes vos questions.

 uu

Notre genèse

Comme est née l’idée de MyLocal Project ?

Valerie-258x300Valérie :  « Pour moi, cela remonte à un de mes premiers voyages à Madagascar. Initiative fort louable, une association française avait décidé, pour palier à une difficulté d’accès à l’eau, de construire un puits pour les habitants d’un village rural dans la région de Boeny. Ils avaient réalisé leur chantier sans consulter la population sur son emplacement. Quelques années plus tard, lorsqu’un membre de l’équipe française revint constater l’état du puits et l’utilisation que les villageois en faisaient, il trouva une construction en ruine. Le puits avait en réalité été construit sur un terrain « fady », ce qui signifie sacré (traduction littérale « tabou ») et il était donc impensable pour les habitants du village d’aller y puiser quoi que ce soit. On peut se demander pourquoi les villageois n’avaient pas expliqué ces croyances aux personnes pleines de bonnes intentions qu’étaient les travailleurs de l’association. La réponse à cette question se trouve dans la compréhension culturelle. La culture malgache, comme beaucoup d’autres cultures, est riche en croyances et la communication avec autrui ne répond pas aux mêmes normes que les nôtres. Par ailleurs, le rapport aidé/aidant s’ajoute à ces différences culturelles et cela ne facilite pas une communication décomplexée. C’est ainsi que ma réflexion a commencé sur une meilleure implication des populations locales dans les projets qui les concernent.

J’ai suivi un master de sciences humaines en solidarité internationales, au cours duquel j’ai rencontré Pierre Micheletti, président de Médecins du Monde à l’époque, qui m’a ouvert au concept de « désoccidentalisation » de l’action humanitaire et m’a suivi lors de mon travail de mémoire sur ce sujet. Mes expériences professionnelles m’ont par la suite toujours conduite dans cette direction.»________________________________________

fondateur-site-257x300Antoine : « Les trois ans que j’ai passés sur le terrain, en mission, m’ont permis d’appréhender toute la complexité des enjeux liés aux crises humanitaires. Que ces crises soient la conséquence de conflits armés ou de catastrophes naturelles, leur résolution n’est jamais simple. Elle implique des facteurs économiques, culturels, sociaux et politiques. Parfois militaires. La réalité du terrain m’a obligé à constamment repenser mon action et mon engagement. Sans réflexion, l’aide humanitaire est inutile, voire dangereuse. Je l’ai constaté dans certains camps, où les populations déplacées étaient maintenues dans une situation de dépendance matérielle. Si l’aide extérieure fournie pendant la crise est vitale, elle n’a pas pour autant vocation durer indéfiniment. Ce n’est qu’en soutenant les acteurs locaux qu’un retour durable à l’autonomie des populations est possible.

Quand Valérie m’a expliqué son projet d’association, j’ai retrouvé dans ses propos ma propre vision de la solidarité. Et j’ai accepté sa proposition de fonder avec elle MyLocal Project. »

 uu

Documentation

Pour en savoir plus sur notre fonctionnement et nos principes, vous pouvez télécharger nos statuts et notre charte. Vous pouvez également télécharger notre Rapport d’activité 2015 et notre Rapport financier 2015.